Julie, celle qui ne connaissait pas Tenet

0

Tenet, tout le monde l’attend. Une affirmation vendue comme vérité universelle par de nombreux Apôtres ignorants que pour chaque généralité, il faut des exceptions…

On ne peut pas passer un moment sur les réseaux sociaux ou à regarder la presse sans tomber sur ce palindrome plus utilisé que kayak : Tenet. Preuve de la frénésie, alors que certains parlent du film comme le sauveur du cinéma, d’autres n’hésitent pas à le catapulter sauveur du monde. Dès lors, il est facile de penser que du haut de ses 21 ans, Julie, jeune étudiante en médecine, n’aurait pas échappé à l’engouement général autour du prochain Christopher Nolan. Mais impossible n’est pas français…

“C’est quoi Tenet ?”. Trois mots, c’est tout ce qu’il aura suffi à la jeune fille pour bouleverser les certitudes les plus établies. Oui, on a pu déjà rencontrer des gens feignant l’indifférence face à la sortie prochaine du long-métrage (le 26 août), mais bouh la menteuse, elle est amoureuse comme le disait Rousseau. Citation mettant en exergue l’absurdité d’une telle affirmation puisqu’en parler, c’est s’y intéresser. Alors que chez Julie, on ne ressent aucune dissimulation dans ses propos. En vacances, elle s’est enfermée dans son microcosme où le cinéma n’avait pas sa place.

La goutte Tenet dans un océan

Voilà que, sans prévenir, une leçon d’humilité nous giflait le visage : parmi nous vivent des personnes qui ont d’autres centres d’intérêt que le septième art, ne levant pas plus le regard sur une affiche de cinéma que sur une publicité lambda à l’arrêt de bus. Il n’en faut pas plus pour semer le doute, l’amateur de salles obscures faisait-il partie de la majorité parlante, ou de la minorité beuglante ? On peut se rassurer en pensant que l’étudiante n’était qu’une exception, mais si c’était toi et moi Philibert ? Soudain, notre esprit pense plus Julie que Christopher.

Et alors qu’on ouvre les yeux sur une futur propagation du hashtag #JeSuisJulie sur internet, il ne faut pas occulter les signes d’espoir. Oui, elle ne connaissait pas le film. Mais c’est désormais chose faite. Si le long-métrage n’avait pas son intérêt, le voilà qu’il gagne sa curiosité. Le virus se propage et paraît irrésistible. Que les croyants continuent d’avoir la foi, car quand on lui demande si elle ira le voir, la voilà qui répond : “Peut-être, il a l’air sympa”. La voilà, la seule vérité : personne n’échappe indéfiniment à Tenet.

See you, Space Cowboy !

N'hésitez pas à nous suivre et partager :

A propos de l'auteur

Avant j'écrivais des trucs intéressants.

Laissez une réponse