La saga The Mask, du meilleur au pire

0

Jim Carrey vs Jamie Kennedy, chauve vs roux, chien vs bébé, film vs clip MTV fauché, aujourd’hui on classe la saga The Mask

1er – The Mask

En 1994, Hollywood s’attaque à un comics pas franchement pour les enfants pour en faire un film adapté aux enfants. Sauf quelques vannes. Hommage à Tex Avery, The Mask est surtout l’occasion de lancer la carrière de Jim Carrey, l’homme au visage élastique, et de Cameron Diaz, le fantasme de tout adolescent de l’époque qui se respecte. Le résultat est Splennnndiiiiide puisque 26 ans après, le film reste une référence dans la comédie.

2e – Le fils du Mask

En 2005, une “suite” voit le jour, mais sans Jim Carrey, sans scénario et avec des effets-spéciaux qui brûlent les yeux. En résulte un film fade, laid, lourd, qui enchaîne les scènes en tentant de copier l’humour de l’original et se tape toutes les branches de l’arbre du malaise. Un échec. 15 ans après, le film reste une référence dans le navet.

Bonus – The Mask, la série animée

La “vraie” suite du premier film, si on enlève toutes les incohérences. Mise en place dans la foulée de celui-ci et diffusée de 1995 à 1997, elle met en scène Stanley (qui garde sa voix française) et beaucoup de personnages du film au prise avec divers adversaires. Plus irresponsable que jamais, le Mask profite de ce passage animé pour démontrer tout son potentiel. Sauf la violence. Ça reste pour les enfants. Un bon souvenir pour celles et ceux qui ont grandi devant en mangeant les biscuits apéros de la franchise. True Story.

See you, Space Cowboy !

N'hésitez pas à nous suivre et partager :

A propos de l'auteur

Avant j'écrivais des trucs intéressants.

Laissez une réponse