My Hero Academia : Midorya, un personnage raté ?

0

Quand on parle de My Hero Academia, s’attaquer à Midorya équivaut à critiquer Luffy (One Piece). C’est LE héros du manga, l’intouchable. Même pas peur.

Quand on parle shonen dans le manga, on parle, à quelques exceptions, près d’un gamin qui va évoluer et grandir en affrontant des adversaires de plus en plus forts aux côtés de ses amis. My Hero Academia, nouvelle figure de proue du genre (One Piece n’étant plus vraiment une “nouveauté”) ne fait pas exception et met en scène Izuku Midorya, alias Deku, destiné à devenir le héros numéro 1.

Qu’on se le dise, je trouve très souvent que le héros de shonen n’est pas le plus captivant à suivre. Habité par un seul rêve qu’il va répéter à qui veut (encore) l’entendre, il refusera jusqu’au bout de se salir le slip en étant intransigeant sur ses valeurs. Et il les a toutes. En gros, un personnage un peu trop lisse qui aura toujours le beau rôle, son optimisme et son courage finissant de convaincre tous les autres de le suivre jusqu’à la mort. Mais c’est le principe, alors on l’accepte. Surtout qu’il ne faut pas se le cacher : leur positive attitude façon Lorie marche sur nous aussi. Fidèle à ce rôle, Midorya n’a rien de raté à ce niveau-là.

Midorya cherche rivaux et plus si affinités

Là où l’auteur du manga, Kōhei Horikoshi, paraît avoir commis une erreur avec Deku, c’est sur la deuxième caractéristique du héros de shonen : la nécessité du rival. Certes, selon les mangas, la compétition n’existe que quelques pages, le champion attitré prenant vite le large (Bleach), mais au sein de certaines oeuvres, elle est constitutif de l’histoire, cette relation poussant les personnages à se surpasser. Évidemment, on pensera à Gokû et Vegeta dans Dragon Ball pour l’exemple. My Hero Academia rentre dans cette catégorie puisque Katsuki Bakugo ne cesse de vouloir montrer à Izuku (et aux autres) qu’il est le plus fort. En comptant Shoto Todoroki, on peut même parler d’un trio en rivalité.

Attention, spoilers si tu n’as pas lu le tome 23 !

Or, le système marche si chacun parvient à se maintenir à un certain niveau par rapport au héros attitré. Ce qui semblait être le cas dans My Hero Academia puisque Bakugo se compare régulièrement, constatant qu’il parvient toujours à suivre les progrès de Deku. Jusqu’à quand ?

Le souci avec les alters (les pouvoirs dans My Hero Academia), c’est qu’on peut apprendre à mieux les maîtriser, mais ils ne peuvent pas vraiment modifier nos compétences. Avec son pouvoir explosif, le garçon au sang chaud ne pourra jamais devenir invisible par exemple. Pareil pour Midorya. Le One for All lui offre vitesse, force, endurance jusqu’à paraître inarrêtable à pleine puissance à l’image d’All Might. Même ses coups par pression d’air ne sont que des dérivés de ses capacités.

Sauf que Horikoshi a décidé de bouleverser l’ordre établi. Pour concurrencer le All for One, le mangaka a ouvert la porte à de nouveaux alters pour Deku en comptant sur les anciens possesseurs du One for All. Et autant on peut en comprendre la nécessité pour vaincre les futures épreuves, autant cela va créer irrémédiablement – sauf énorme surprise – un écart de puissance entre le héros et ses rivaux, forcément plus limités. Un écart qui n’existait pas entre All Might et Endeavor. On peut citer en contre-exemple les deux alters naturels de Shoto, mais je pense que la comparaison va très vite devenir obsolète. Dès lors, My Hero Academia s’engage sur le terrain glissant de la réécriture nécessaire pour reconsidérer ses personnages et leurs relations sous un autre angle d’approche. Un vrai défi qui peut apporter beaucoup au manga à condition de ne pas se louper en sacrifiant certains au profit d’autres. Méfions-nous du danger All for Midorya.

See you, Space Cowboy !

N'hésitez pas à nous suivre et partager :

A propos de l'auteur

Avant j'écrivais des trucs intéressants.

Laissez une réponse